Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

6 septembre 2005 2 06 /09 /septembre /2005 00:01
Le 25 Mai, une certaine Mélanie a « signalé un abus » à mon formidable hébergeur pour lui signifier que, tout de même, ce n’est pas acceptable qu’un blog dise « Vive les Racailles » (surtout vu les opinions politico-adolescentes de la dite-Mélanie) ! Je plaisante, cette Mélanie a juste « signalé un abus » sans laisser aucun message, juste en me filant l’adresse de son Skyblog, effacé le lendemain car son contenu n’a pas du plaire aux gens de chez Skyrock. Jugez plutôt :

Partager cet article

Repost 0
Published by Tim
commenter cet article

commentaires

Yop Solo 08/09/2010 14:56


Quel gâchis, une fille aussi mignonne dans une situation aussi glauque, ça me fait l'effet d'une mousse au chocolat servie dans un cendrier sale...


sale juif 29/07/2010 11:42


elle est bonne je voudrais bien la sauter


gilbert 10/06/2010 22:54


Tout simplement... Pitoyable...


bob 06/01/2010 04:28


VRAIMENT DESOLENT


Le Farfadet Spatial 16/12/2009 01:33


On me dit qu'un sociologue intervient ici ! Probablement wéberien, puisque Pierre BOURDIEU n'est qu'une baudruche et que cette jeune fille constitue, à n'en pas douter, un excellent sujet d'étude
d'un point de vue atomistique.

Vous pouvez rester...

D'autant que tout l'intérêt des sociologues, c'est qu'ils savent ce qu'ils disent : ils sont là pour nous aider à réaliser un fort judicieux distinguo entre l'outil et sont utilisation, qui peut
être dévoyée. Concernant le nationalisme, par exemple.

Alors que la Prusse, triomphante en 1871 et qui allait alors devenir l'Empire allemand, avait défait la France, le chancelier Otto von Bismarck était défavorable à l'annexion par l'Allemagne de
l'Alsace et de la Lorraine. Il craignait en effet qu'une telle humiliation ne créa un sursaut d'esprit nationaliste chez les Français, qui ne manquerait pas d'identifier l'Allemagne comme ennemie.
Pour lui, cela ne pouvait qu'aboutir à un conflit meurtrier. Sont analyse avait fort justement prédit la Première guerre mondiale.

Le chancelier s'y connaissait bien en nationalisme. En 1870, il avait intelligemment manœuvré, en re-rédigeant une dépêche diplomatique afin de la rendre provocante, de sorte que la France ne
pouvait manquer de déclarer la guerre à la Prusse. Ainsi, il s'assura le ralliement des états d'Allemagne du sud, qui ont vu la France comme l'agresseur et par sentiment d'appartenance à l'idée de
nation allemande alors naissante.

Car le nationalisme est bel et bien une idée née à la toute fin du XVIIIe siècle, en France d'abord, avant de se répandre au travers de l'Europe. L'histoire du XIXe siècle est pleine des
conséquences de cette doctrine, qui atteignit à chaque fois son climax dans le sang et les larmes, avec l'inéluctable conséquence de l'affaiblissement de la nation qui avait cédé à ses sirènes : la
France, d'abord, qui ne retrouva jamais la prédominance qu'elle avait sur le monde au XVIIIe siècle, l'Europe ensuite, au sortir du conflit de 1914-18.

Apparemment, d'aucuns sont surpris de ne pouvoir visser à l'aide d'un marteau...